0004 Bruno maitre tatoueur et le piercing

L'ouvrage de Bruno, le premier tatoueur à Paris

L’ouvrage de Bruno, le premier tatoueur à Paris

Samedi 6 juin 2015, je marche sur le plateau de la Croix-Rousse, à Lyon. Une sorte de grand vide-grenier est installé sur le boulevard. Je passe rapidement, sans flâner. J’ai des trucs à faire. Je trace. J’essaie d’éviter la foule, je ne regarde pas les stands.

Mais une couverture de livre posée en coin de table m’arrête: un dragon doré sur fond noir sous un titre argent « Tatoués qui êtes-vous? ». Je pense à un bouquin ringard et stéréotypé sur le tatouage mais je prends tout de même le bouquin. J’ai bien fait.

L’auteur se présente ainsi: M. Bruno, maître tatoueur.

Bruno_Cuzziloli-Premier-tatoueur_france-Paris-Pigalle-CamionIl s’agit d’un ouvrage édité à compte d’auteur par Bruno Cuzzicoli, avec qui j’ai eu la chance de participer à une table ronde à l’été 2014 lors du festival de tatouages de Chaudes-Aigues. Après avoir commencé à exercer dans un camion, Bruno Cuzzicoli a été le premier à ouvrir un salon de tatouage, en France, en 1960 à Pigalle. L’ouvrage constitue donc une source importante de l’histoire du tatouage en France. Je l’ai feuilleté et aurai sans doute à en reparler, mais il contient déjà une petite perle sur les liens entre le tatouage et le piercing . Après une développement consacré au tatouage érotique (il rentre dans cette rubrique les tatouages génitaux, ceux qui ornent les fesses,  ceux que portent les femmes ou encore les tatouages entrant dans des rapports de soumission/domination sexuels), Bruno ouvre à la pratique du piercing en ces termes:

Bruno-Piercing-1970« Pour terminer cette rubrique, je dois enfin parler ici d’une pratique quasiment inconnue en France: le piercing. C’est en quelque sorte l’infibulation d’un anneau d’or dans le gland ou le prépuce chez l’homme, aussi dans le téton du sein et chez la femme non seulement dans la pointe mammaire mais aussi dans le clitoris. Si j’en parle ici, c’est que le rapport Tatouage-Piercing est une réalité » (p. 105). Deux photos illustrent ce propos, toutes deux d’une poitrine d’homme. L’une tatouée, l’autre vierge de tout encrage. Bruno de Pigalle poursuit: « J’ai dans ma collection de très belles photos du genre que par décence (mais aussi à cause de la censure) je ne peux publier ici. » En 1970, la présentation de seins ou de sexes de femmes (avant Facebook 😉 déjà) pose problème, y compris s’il s’agit d’une simple documentation, et il faut se souvenir du scandale de l’affiche de Michel Polnareff posant fesses nues en 1972.

sein d'homme percé Tatoués qui êtes-vous? 1970

sein d’homme percé
Tatoués qui êtes-vous? 1970

Quelques remarques: Le piercing est une pratique secrète clairement associée à des jeux ou à des scénarios sexuels. L’installation de Bruno à Pigalle, le quartier chaud de la capitale, fait de lui un observateur des modifications corporelles intimes. L’ornementation du génital se fait dans l’underground de la prostitution, de l’homosexualité, du sado-masochisme et du libertinage.

Jim Ward

Jim Ward

Nous sommes en 1970, plus de vingt ans avant l’ouverture des premiers studios de piercing en France (Body-Art à Avignon, Crass à Strasbourg, Marquis à Lyon, Tribal Act à Paris…) et cinq ans avant que Jim Ward n’ouvre Gauntlet, la toute première boutique consacrée au piercing à Los Angeles, en 1975.

Le lien avec la sexualité est évident. Les premiers clients de Jim Ward sont issus de la communauté des hommes homosexuels adeptes du fétichisme, du cuir et du SM.

En France, Marquis (qui ouvre la première boutique de piercing à Lyon en 1995) se fait lui aussi connaître dans le milieu fétichiste en France et en Belgique avant de s’installer… dans l’arrière-salle d’un disquaire.

Le piercing va bientôt s’afficher sur les joues et les lèvres des punks londoniens, mais il est encore essentiellement une pratique qui concerne les seins et les parties génitales, comme l’exposent les pins de Gauntlet ci-dessous:

Gauntlet-buttons-Genital-Piercings

Divers types de piercings génitaux selon Gauntlet © Jim Ward

Les pratiques confinées aux communautés sexuelles marginales vont devenir, une génération plus tard, des pratiques ordinaires de l’ornementation du corps. Le livre de Bruno livre un état des lieux de la période encore souterraine des liens entre piercings et tatouage. Quarante ans plus tard, piercing et tatouage s’associent dans les boutiques des centres villes commerciaux de toutes les grandes capitales occidentales.

pour une histoire de Gauntlet, Jim Ward, Running the Gauntlet, An intimate history of the Modern Body Piercing Movement, 2013

Logo de la boutique Marquis, l'original, Lyon

Logo de la boutique Marquis, l’original, Lyon

2 réponses à “0004 Bruno maitre tatoueur et le piercing

  1. Pingback: 0006 Les body hackers sont parmi nous | bodiesinprocess

  2. Pingback: 0007 Body of God: Genèse des Modifications corporelles contemporaines West Coast – USA | bodiesinprocess

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s