0007 Body of God: Genèse des Modifications corporelles contemporaines West Coast – USA

Histoire des Modifications corporelles

Histoire des Modifications corporelles

I know, I should write my posts in english for all the people who are involved in this history of the contemporary body modifications. But it’s still a bit difficult for me… Be patient…

Je continue à partager les réflexions menant à l’écriture d’une histoire des modifications corporelles contemporaines (les bodmdods). Celles-ci s’enchaînent, se croisent, au gré de mes réflexions, de mes rencontres ou des informations qui me parviennent. Il y aura des billets qui feront le point, d’autres qui développeront un point particulier. L’idée demeure de conserver une régularité de l’écriture afin d’avancer dans la compréhension  d’une chose simple: saisir comment il est devenu possible  de faire sur son corps ce qui naguère était impensable.

Ici, il s’agit de présenter un film documentaire et son intérêt pour la compréhension de ces réalités modernes concernant des atteintes volontaires faites au corps, en dehors de tout système de coercition, de toute perspective punitive ou de toute imposition sociale à recevoir une marque (qu’elle soit une marque d’infamie, de reconnaissance ou à visée esthétique). Dans un précédent billet  (Bruno maître tatoueur) j’avais invoqué la naissance du piercing moderne sur la côte ouest américaine, à partir de la création de Gauntlet par Jim Ward, la première boutique de piercing au monde, à Los Angeles (voir un article ici sur wikipedia et un autre sur wiki.BME).

Ron Athey Self Obliteration Abode of Chaos 2007 Pics by Lukas Zpira

Ron Athey Self Obliteration
Abode of Chaos 2007
Pics by Lukas Zpira

Depuis, Facebook, a joué son rôle de réseau social et de conservatoire des pratiques pionnières de modifications corporelles (voir Facebook et les bodmods).

L’artiste performer américain Ron Athey a posté cette semaine sur son mur Facebook un clip de présentation de Body of God, un documentaire de Jouni Hokkanen (2013) qui se présente comme «L’histoire des modifications corporelles racontée par Fakir Musafar, Jim Ward, Cinthia Hurt, Paul King… et bien d’autres
La vidéo est brève, 9 minutes, mais elle résume l’émergence de ce qui a rendu possible la normalisation actuelle du tatouage, du piercing et, à un degré moindre des scarifications ou des suspensions. L’intérêt du documentaire est double. D’abord il propose des images d’archive. On y trouve ainsi, bien sûr, des images de Fakir Musafar dans les années 1950-1960, où il filme ses premières expérimentations et  sa réinvention des grands rites anthropologiques qui passent par une mise à l’épreuve du corps. Et puis, bien sûr aussi, des images de Jim Ward et de la scène SM gay des années 1970 à Los Angeles, de Cynthia Hurt et des « soirées piercings » où le jeu avec la chair correspondait à une nouvelle manière de mettre son corps à l’épreuve.

Paul King, Cynthia Hurt, Jim Ward, Fakir Musafar quelques pionnier des modifications contemporaines du corps

Paul King, Cynthia Hurt, Jim Ward, Fakir Musafar
quelques pionnier des modifications contemporaines du corps

Le second intérêt réside dans les interviews de ceux qui furent les premiers à inventer ce qui deviendra un mode de vie: Fakir Musafar, le plus ancien (né en 1930), Jim Ward (1941), accompagnés de celles et ceux qui se sont trouvés là, à Los Angeles, à ce moment là comme Cynthia Hurt (qui possède sa boutique) ou Ron Athey  (qui vit à LA, à Silver Lake, non loin de Gauntlet), ou encore par les premiers à prolonger professionnellement le piercing, comme Paul King… Ils restituent non seulement leurs souvenir, mais ils rendent compte de l’esprit d’alors, des résistances de la société mais aussi de leur insouciance qui les pousse à  expérimenter sur eux et sur un cercle de proches une manière de jouer avec la chair qui possède deux effets au moins:

• le premier qui renvoie aux sensations produites par ce que Fakir Musafar a théorisé comme étant le Body Play ,(j’y reviendrai dans un prochain billet), qui manipule la chair à partir du poinçon (piercng), de la lame (scarification)  et du feu (branding)

Branding par Cynthia Hurt extrait de Body of God de Jouni Hokkanen

Branding par Cynthia Hurt
extrait de Body of God de Jouni Hokkanen

• le second par les traces plus ou moins durables laissées par ces atteintes faites à la chair (piercing, branding, scarification et, bien sûr, tatouage).

L’histoire s’écrit pas à pas.
Ce que l’on voit très bien dans le clip c’est comment une communauté discrète sinon secrète (Fakir Musafar: «I have to keep everyting I did in secret») invente un manière de jouer avec son corps qui aura des conséquences sur le grand public à peine deux décennies plus tard.
Body of God reprend quelques unes des grandes étapes du parcours de ces techniques du corps renouvelées. Les expériences solitaires de Fakir Musafar dont les archives constituent des documents de choix, l’expérience de la communauté gay SM à laquelle appartient Jiw Ward et puis la disparité des jeux dont certains vont s’effacer (les ball dances qui ont pourtant été un jeu collectif sous la houlette de Fakir Musafar) alors que d’autres vont trouver leurs adeptes dans les générations actuelles (notamment les suspensions… voir Body Suspensions: le corps éprouvé)

Fakir-Musafar-Sun-Dance-Body-of-God-Jouni_Hokkanen

Fakir Musafar Sun Dance extrait de Body of God de Jouni Hokkanen

De même, Body of God nous plonge au coeur de ces soirées piercing où il s’agissait d’abord d’explorer des jeux sexuels au sein de l’underground SM californien. Le piercing commence son parcours sur les parties génitales et les tétons jusqu’au nombril pour se muer en ornement du visage plutôt qu’en expression sexuelle (même si, bien évidemment, il continue en 2015 à orner le génital avec le tatouage et à alimenter les jeux intimes). L’historicité de ces pratiques apparaît clairement lorsque Fakir Musafar note que les boucles d’oreille chez les hommes sont impensables et que Paul King rappelle la révolution esthétique chez les jeunes femmes occidentales liées au couronnement de la Reine Elisabeth II en 1952 qui fait apparaître qu’elle a… les oreilles percées. Les images de piercings de la langue et surtout du septum  (la base du nez) ou du labret  (sous la lèvre) montrent comment ces pratiques alternatives et antisociales dans les années 1980 ont été appropriées par la mode adolescente et les jeunes adultes moins de trente ans plus tard.

Piercings occidentaux 70's 80's

Piercings occidentaux
70’s 80’s

Aerosmith-Cryin

Aerosmith Cryin’ Piercing

Ce documentaire contribue enfin à la compréhension de la diffusion culturelle des pratiques de modifications corporelles contemporaines, de leur normalisation, de leur diversification mais aussi de leur radicalisation. Le rôle de la musique rock dans la diffusion des pratiques de piercing est aussi évoqué notamment par Paul King qui parle du clip d’Aerosmith (Cryin’) sorti en 1993 ou des défilés du styliste Jean-Paul Gauthier à la même époque avec des mannequins porteurs de piercing.

Le rôle de la musique comme espace de diffusion des pratiques (du tatouage et de la boucle d’oreille des rockeurs jusqu’aux piercings et aux stretching faciaux) est un des axes à travailler (je présenterai d’ailleurs le 27 juin à Paris une communication sur ce point lors de la journée d’étude Punk is not dead, La scène punk en France (1976-2016), historicité et généalogie: « No future mais un corps: généalogie du corps punk »). Le rock métal a joué un rôle aussi bien sûr, on pense forcément à Crass en France dont on peut voir une photo en concert ci-dessous…

Crass sur scène, 2015

Crass sur scène, 2015

it’s the norm now… it’s a norm…

Une réponse à “0007 Body of God: Genèse des Modifications corporelles contemporaines West Coast – USA

  1. Pingback: 0009 corps de femmes, esprit punk, body hacking: le projet GynePunk | bodiesinprocess

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s